Le texte théâtral : source de connaissance, d’inspiration et de création

Avec Denise Guilbault, metteure en scène

Photo : Maxime Côté

 

Le texte théâtral a pris au cours des siècles différentes formes et son approche a dû chaque fois s’adapter. La scène n’impose plus de normes à l’écriture comme elle le faisait à certaines époques, si bien que les dramaturgies se sont multipliées, diversifiées, transformées. On ne raconte plus les histoires de la même manière et les codes, les conventions, n’étant plus des références uniques, ont laissé place à autant de possibilités de lecture, d’analyse et… de création. Avec toutes ces mutations, comment doit-on s’y prendre pour accéder au cœur de l’écriture d’un auteur ? La connaissance des modèles historiques est-elle encore utile pour lire le théâtre contemporain ? Aujourd’hui, est-ce au metteur en scène à continuer l’écriture du matériau littéraire ou faut-il laisser au spectateur écrire sa propre histoire ? Quel impact une approche méthodique du texte peut-elle avoir sur les choix artistiques d’un metteur en scène ? Est-ce qu’il arrive que le créateur adapte l’écriture de l’auteur au point de l’altérer et si oui, est-ce un problème ou cela fait-il partie de la création/de l’écriture scénique ?

Pour répondre à ces questions, le stage propose d’aller à la rencontre de textes tous aussi différents les uns que les autres et de s’exercer à reconnaître comment les signes, les procédés, les traitements contenus dans les œuvres dramatiques peuvent contribuer à la compréhension profonde d’un texte et éventuellement, servir de levier à la création d’un spectacle.

Le travail se fera sous forme de séminaires alimentés par le partage d’expériences concrètes des participants, de lectures minutieuses, d’analyses comparatives et de propositions créatrices préparées en atelier.

 

Semaine 1

Les façons de raconter

Exposition à plusieurs textes dramatiques de plusieurs styles et de différentes époques : compréhension des enjeux, reconnaissance de ce qu’il y a autour et dans le texte (le titre, l’aspect physique, les didascalies, les enjeux, le rythme, la ponctualité, les signes, les procédés linguistiques).

William Shakespeare, Normand Chaurette, Tennesse Williams, David Mamet

 

Semaine 2

Les façons d’écrire

Étude des nouveaux processus d’écriture chez les auteurs : quand les fragments remplacent les scènes, que la ponctuation brille par son absence, que les personnages sont anonymes, que le lieu et le temps sont transfigurés. Regard sur les metteurs en scène qui recomposent, réorganisent ou adaptent les textes qu’ils montent.

Heiner Müller, Joël Pommerat, Bertolt Brecht, Mark Ravenhill

 

Semaine 3

La mise en scène et l’écriture scénique

Expérimentation en atelier du passage qui mène de l’écriture dramatique à l’écriture scénique. À partir de courts extraits de pièces, les participants mettront leur connaissance et leur imagination en action de manière à faire entendre et faire voir les choix artistiques sur lesquels ils se sont arrêtés pour en arriver à leur création.

 

Formatrice

Denise Guilbault a mené pendant plusieurs années trois carrières de front :  celle de professeure de théâtre, de metteure en scène et, pendant plus de quinze ans, de directrice artistique à l’École nationale de théâtre du Canada. En plus d’être reconnue comme étant une pédagogue accomplie, on souligne régulièrement la qualité de sa direction d’acteurs ainsi que la grande précision de ses mises en scène. Elle a collaboré plusieurs fois avec le théâtre de Quat’sous où elle a signé les mises en scène du Cryptogramme de David Mamet, de L’Abdication de Ruth Wolff, Pour Adultes seulement et Le Génie du crime de George F. Walker ainsi que Wit de Margaret Edson : des productions qui lui auront valu des prix et des nominations. En 2005, elle cosigne la mise en scène de La Tempête de Shakespeare au TNM. Le succès mènera ce spectacle en tournée dans plusieurs villes d’Europe et des États-Unis dont au prestigieux Festival BAM à New York. En 2007, elle monte Électre de Marguerite Yourcenar au Théâtre du Trident, Manhattan Medea de Dea Loher en 2011 au Théâtre Espace Go; elle signe avec Guy Nadon, la mise en scène de Rois et Reines au Monument national. En 2020, elle fera la mise en scène de Christine, la reine-garçon au Collège Lionel-Groulx.

 

Profil recherché

Ce stage s’adresse aux metteurs en scène oeuvrant principalement dans la francophonie canadienne qui ont de la curiosité et de l’intérêt pour le matériau littéraire et qui ont envie de raffiner, d’approfondir la lecture des textes dramatiques. Les candidats doivent posséder une formation pertinente en théâtre et/ou des expériences significatives en mise en scène.

Nos partenaires 2019-2020

 

 

Pour toutes les nouvelles de L'ATFC et de la Fondation, abonnez-vous à notre infolettre