Le corps poétique

Sous la direction de Dany Boudreault, comédien et auteur

DanyBoudreault@JulieArtacho.jpg

Photo : Julie Artacho

Comédien et auteur, Dany Boudreault complète sa formation en interprétation à l’École nationale de théâtre du Canada (ÉNT) en 2008. Acteur surtout dédié à la création, il a foulé les planches de la scène montréalaise avec notamment : Parce que la nuit, spectacle pour lequel il a collaboré à l’écriture avec Brigitte Haentjens, Le songe d’une nuit d’été, où il s’est mérité une nomination au prix Françoise-Graton pour son interprétation de Puck, Le déclin de l’empire américainUn tramway nommé désir et The Dragonfly of Chicoutimi. Parallèlement, il a écrit et interprété Je suis Cobain (peu importe) à la Petite Licorne, ainsi que la pièce (e) présentée en mai 2013 à la salle Jean-Claude Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. En plus de ses recueils de poésie, il a coécrit les pièces DescendanceLa femme la plus dangereuse du Québec et écrit Corps célestes. Au cinéma, il s'associe à plusieurs distributions : Boris sans Béatrice et Vic et Flo ont vu un ours  de Denis Côté, Le météore  de François Delisle, Chasse au Godard d’Abbittibbi  d’Éric Morin et Gallant, confession d’un tueur à gages de Luc Picard prévu pour l'automne 2020. Depuis maintenant six ans, il enseigne à l' ÉNT. 

 

Description de l’atelier

Si la poésie est le véhicule privilégié de la métaphore, le théâtre s’en inspire pour multiplier les possibilités : une chaise devient un train, un changement d’adresse chez un.e acteur.trice entraîne un changement de personnage, etc. La poésie offre de nouvelles voies pour aborder la scène et le corps du texte. L’invention d’un nouveau langage textuel influence aussi le corps de l’acteur.trice et libère son inconscient.

Le stage propose une exploration sensible de la poésie et d’une dramaturgie qui s’en inspire, autant des contemporains (Sarah Berthiaume, Daniel Danis, Claude Gauvreau) que des classiques (Victor Hugo, Jean Racine et William Shakespeare). À travers les outils rhétoriques et les sensations provoquées par les mots, les participant.e.s seront appelé.e.s à développer un point de vue sur un texte poétique, à le performer et à l’utiliser comme source d’inspiration pour écrire, jouer et/ou créer une partition physique.

En alliant performance et écriture, le stage permettra de réconcilier les mots au corps, d’en creuser la dimension sensorielle. Le stage vise à démystifier l’abstraction de la poésie et à la rendre accessible et fournira des outils concrets d’analyse de texte et de nouveaux élans de jeu connectés à l’inconscient.

 

Savoir dire

À travers des exercices variés, nous aborderons les différentes figures rhétoriques : métaphores, comparaisons, anaphore, personnifications, prosopopée, métonymie, etc. À partir de lectures de textes aux styles divers, nous élaborerons des stratégies pour livrer un texte en se fondant sur certains indices : la ponctuation, le rythme, le souffle, la taille du vers, les champs lexicaux et la mise en page. Nous développerons des moyens concrets pour faire valoir une interprétation singulière du texte : changements d’adresse, enjambements, atmosphère du poème, sensations générées par les mots. Nous tenterons finalement de « dire » ce texte et d’en transmettre les nuances et l’inconscient en approfondissant le travail des sens abordés par le texte sur le corps.

 

Écrire l’inconscient

Au cours du deuxième bloc, nous nous mettrons à l’écriture. Il n’est pas nécessaire d’avoir écrit préalablement pour se prêter à ces exercices qui consistent principalement à libérer l’inconscient : écriture automatique, cadavres exquis, dérapages poétiques, etc. Un encadrement individuel sera fourni lors de cette étape avec des consignes personnalisées. Les participant.e.s seront ici appelé.e.s à faire corps avec le.la poète, à se mettre dans sa peau - la meilleure façon de comprendre un texte et de l’éprouver étant de l’écrire. À partir de déclencheurs très personnels, les participant.e.s auront écrit à leur insu un poème au terme de cette semaine. Parallèlement, nous poursuivrons l’exploration du corps poétique par des exercices de chœurs dans l’espace et par la mise en image de haïkus japonais.

 

Le corps-poème

Au cours de la dernière semaine, les participant.e.s finaliseront leur poème. Ils choisiront un texte coup de cœur de leur cru, ou qui figure dans le recueil qui leur sera offert dès le premier jour du stage. Ils auront à le défendre à partir des outils acquis lors de la première semaine. Parallèlement, nous explorerons ce que les mots d’un poème ou d’une musique provoquent sur nos corps et nous pousserons encore plus loin l’abstraction. Nous explorerons comment une scène de télé très réaliste peut bénéficier de directives plus poétiques et abstraites et ainsi ouvrir le jeu.

Nos partenaires 2020-2021

 

 

Pour toutes les nouvelles de L'ATFC et de la Fondation, abonnez-vous à notre infolettre