Des écritures scéniques pour l'objet manipulé

Avec Olivier Ducas et Francis Monty du Théâtre de la Pire Espèce

                          

Photos : Mathieu Doyon                                  
 

Description de l’atelier

Au théâtre d’objet, le sens de l’œuvre est porté conjointement par les objets et les comédien.ne.s qui les manipulent. Mettant à profit l’imagination du spectateur, il permet des jeux d’échelles vertigineux et des fulgurances poétiques impossibles au théâtre traditionnel. C’est un art vivant aux possibilités dramatiques infinies, qui combine l’art du conteur et le théâtre d’images.

Le stage propose une plongée dans l’art du théâtre d’objet, en mettant l’accent sur les différents rôles qu’endosse l’actrice ou l’acteur en scène dans l’écriture scénique : narrateur, personnage, manipulateur, et metteur en scène en direct. Véritable pivot dramaturgique, cet acteur aux multiples fonctions fait naître l’œuvre sous nos yeux, tel un magicien, à partir d’objets et de matières brutes.

Par de constants allers-retours entre création et analyse, le stage permettra aux participant.e.s d’expérimenter et de comprendre les amalgames fertiles entre acteur, image et texte dans la dramaturgie de l’objet.

 

Semaine 1

Une grammaire de manipulation

À travers des exercices variés, nous aborderons les différents statuts de l’objet : objet détourné, objet-symbole, figurine, matière. Pour chacun d’eux, nous mettrons en lumière les conventions dramatiques qu’ils commandent, ainsi que les rôles du manipulateur et les voix narratives qui s’y rattachent.  En un mot, nous élaborons une grammaire générale de manipulation.

 

Semaine 2

Écrire pour l’objet, pour l’image

Au cours de la deuxième semaine, nous explorerons différentes manières d’écrire en utilisant l’objet comme point central du récit.  Nous abordons alors précisément les questions dramaturgiques, notamment en juxtaposant aux objets des matériaux textuels non théâtraux ou par l’emprunt d’éléments à d’autres formes d’art : cinéma, bande dessinée, art visuel, performance. Quelle est la part des mots et celle des images dans la partition scénique ? Quelle est la place de l’objet, et celle du corps de l’acteur, l’actrice ? Comment adapter un texte en théâtre d’objet ? Nous testerons alors différentes hypothèses sous forme d’esquisses.

 

Semaine 3

Projet de création

Au cours de la troisième semaine, les participants développeront des projets de création personnels à partir d’esquisses réalisées précédemment. Francis Monty se joindra à Olivier Ducas pour accompagner cette phase exaltante du stage. Les participants profiteront ainsi d’avis croisés (et parfois contradictoires !) des deux formateurs dans la réalisation de leurs œuvres. Ce faisant, ils partageront les processus de création adaptés à l’objet que la Pire Espèce développe depuis vingt ans.

 

Formateurs

Olivier Ducas a étudié l’interprétation à l’École Nationale de Théâtre du Canada. De sa rencontre déterminante avec Francis Monty naît, en 1999, le Théâtre de la Pire Espèce dont ils assument conjointement la direction artistique.

Il est aussi cofondateur du Théâtre Aux Écuries (2005) et l’un des initiateurs de la Carte Premières (2003). Auteur, acteur, metteur en scène et manipulateur au sein de la compagnie, Ducas est cocréateur des spectacles du Théâtre de la Pire Espèce (comme Ubu sur la table, Persée, Gestes impies et rites sacrés ou encore Die Reise ou les visages variables de Felix Mirbt) dont les tournées se déploient au Canada, en Europe, au Mexique et au Brésil. En 2008, il écrit et met en scène sa première création solo, Roland, la vérité du vainqueur, une pièce de théâtre inspirée de la Chanson de Roland, créée pour deux acteurs-conteurs et adressée aux adolescents. En 2014, il renouvelle l’expérience avec Villes, collection particulière où il ajoute à ses chapeaux d’auteur et de metteur en scène celui d’interprète soliste. Il travaille actuellement sur Contes zen du potager, une série de courtes formes minimalistes, où les légumes déploient toutes leur substance.

Au cœur de ses préoccupations et de ses actions : la recherche formelle et le développement d’une dramaturgie fondée sur l’image et l’objet en scène.

 

Francis Monty, diplômé en écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada en 1997, Francis Monty est un touche -à- tout du théâtre. La mise en scène, le jeu clownesque, la marionnette et ses nombreux projets d’écriture s’entrecroisent.

En 1999, il fonde le Théâtre de la Pire Espèce avec Olivier Ducas et en partage depuis la direction artistique. Cocréateur des spectacles de la compagnie, il a notamment coécrit et mis en scène Ubu sur la table en 1998, Persée en 2005, Gestes impies et rites sacrés en 2009, Die Reise ou les visages variables de Felix Mirbt en 2011 et adapté L’étrange cas du Dr Jekyll et Mr Hyde de Stevenson dans L’Effet Hyde en 2018. En tant qu’auteur dramatique, ses œuvres ont été présentées au Canada et à l’international : Par les temps qui rouillent, Déclownestration, Traces de cloune, Romances et karaoké (qui lui a valu le Masque du texte original en 2005), Léon le nul, Ernest T. (nominé au prix Louise-Lahaye récompensant l’écriture jeune public québécoise), Petit bonhomme en papier carbone (récompensé par le Cochon dramatique pour le meilleur texte au Gala des cochons d’or 2014) et Nous sommes mille en équilibre fragile.

 

Profil recherché

Ce stage s’adresse aux créateurs et créatrices, c’est-à-dire à tous les professionnel.le.s de la scène oeuvrant principalement dans la francophonie canadienne disposé.e.s à franchir le seuil de leur spécialité. Metteurs en scène, comédien.ne.s, chorégraphes, scénographes, auteurs et autrices dramatiques. Tous seront appelés à « écrire », élaborer des partitions scéniques, jouer, manipuler, analyser…

Nos partenaires 2019-2020

 

 

Pour toutes les nouvelles de L'ATFC et de la Fondation, abonnez-vous à notre infolettre