Accueil   » Dossiers   » Saviez-vous que 2.0   » Archives 

Archives

 

Avec la campagne Saviez-vous que…, l’ATFC a voulu présenter le profil statistique de ses compagnies membres en documentant leur grande contribution à cette vitalité, ainsi que la pertinence de leur démarche envers le citoyen. En 2013-2014, l’association a ensuite voulu mettre à l'honneur la valeur intrinsèque du théâtre en tant qu’art rassembleur, en faisant découvrir la parole de personnalités mondiales du théâtre. Pour souligner son 30e anniversaire, l'ATFC a donné par après la parole aux citoyens canadiens! Avec le soutien de ses compagnies membres et grâce au lien étroit qu'elles entretiennent avec leur communauté, l'ATFC a demandé aux Canadiennes et aux Canadiens d'exprimer quelle est l'importance du théâtre dans leur vie. Sous le thème 30 ans de dialogues, la campagne 2014-2015 présentait le résultat de cette consultation

CAMPAGNE OCTOBRE 2015

SVQ

 

CAMPAGNE SEPTEMBRE 2015

 

SVQ Septembre

CAMPAGNE 2014-2015

 

30 ANS DE DIALOGUES!

Mars 2015
 Saviez-vous que... mars 2015

Voyez également quelques-uns des témoignages vidéo recueillis à Sudbury et Caraquet, de même que certains des témoignages écrits de citoyens canadiens!

Mylène Dugas Paul-André Gauthier RLandry, MPPaquette, Alice Séguin
Alain Doom Éric Robitaille Michel Laforge

 

- Le théâtre, c’est la liberté d’expression, c’est très émouvant. Je vous remercie car par le théâtre nous pouvons transmettre des messages importants pour la société. Chantal, Amir et Sheima, Ottawa, Ontario

- Nous avons la chance d'avoir à Saskatoon une compagnie de théâtre francophone professionnelle. J'aime les idées, les réflexions et les discussions que les pièces provoquent. Anonyme, Saskatoon, Saskatchewan

- Le théâtre pour moi c’est l’occasion de voir des acteurs à l’œuvre en français. Cette occasion prend  une dimension encore plus importante quand on vit en milieu minoritaire… En plus de rendre accessible ma culture à des amis francophiles.  Marie-Hélène Robitaille, Vancouver, Colombie-Britannique

- Le théâtre pour moi est un moment intime avec des comédiens qui nous transportent  dans un univers abstrait et imaginaire à l'opposé du monde du film qui est omniprésent dans nos vies. C'est aussi une bonne façon de mieux connaître la culture francophone au pays. Robert Webelo, francophile, Vancouver, Colombie-Britannique

- Pour moi, le théâtre est un moment pour relaxer, apprendre, et réfléchir. Le fait d’avoir ce théâtre dans ma langue maternelle ici sur la côte Ouest me permet de me plonger dans cette culture que j’aime tant. François Clark, Vancouver, Colombie-Britannique

- Pour moi, le théâtre c’est entendre et faire entendre la voix de mon peuple. Zoé Fortier, Saskatoon, Saskatchewan

- Le théâtre, c’est une occasion privilégiée de sortie entre amis francophones ce qui à mon avis, permet d’assurer et de resserrer les liens de notre communautéEve Gagnon Dolf, Vancouver, Colombie-Britannique

- Pour moi, je vois le théâtre comme une opportunité d’expérimenter, au moment même où il est créé - et sans que ce soit formaté ou monté de façon à représenter ce que je devrais aimer-, la façon avec laquelle d’autres que moi voient le monde. Anonyme, Saskatoon, Saskatchewan

- En tant qu’écrivain, je travaille en français dans la Ville Reine, je dévore aussi des livres en français. Et grâce au Théâtre français de Toronto, je peux ajouter que je me divertis allègrement dans ma langue maternelle. Quel cadeau que ce TfT presque cinquantenaire ! Paul-François Sylvestre, Toronto, Ontario

- Le théâtre est un art qui peut en regrouper plusieurs: l'art de la parole, la musique, les arts visuels, etc. En contexte minoritaire, il est un véhicule de perpétuation de la langue française, si importante à la culture canadienne! Sylvain Sabatié, Ottawa, Ontario

 

L’ATFC, AU CŒUR DU THÉÂTRE FRANCO-CANADIEN ! 

(CAMPAGNE 2013-2014)

Le théâtre fait réfléchir, pleurer et rire.

Dame Judi Dench est une comédienne britannique de renommée internationale. Elle a rédigé le message international en 2010.  Tel qu'elle l'écrit dans son message, «Le théâtre possède ce don de nous faire rire, de nous faire pleurer, mais il doit aussi nous faire réfléchir et réagir».

Selon l’auteur du message international rédigé en 2006, Victor Hugo Rascon Banda (1948-2008), dramaturge mexicain, «Le théâtre émeut, illumine, dérange, perturbe, exalte, révèle, provoque, transgresse. C'est une conversation qui est partagée avec la société».

Le célèbre acteur français, Jean-Louis Barrault, a rédigé le message international en 1964. Il écrivait : «Le théâtre met en valeur tout ce que les hommes ont de commun : le rire et les larmes, la joie et la tristesse, le bonheur et l'angoisse, bref ce qui est du domaine du coeur».

Pour Guy Mignault, directeur artistique du Théâtre français de Toronto, «Quand un groupe de personnes décide de croire, de se laisser émouvoir, de se laisser toucher, de se laisser provoquer à la réflexion, et que, dans ce théâtre-là, en même temps, tous les acteurs sur la scène et tous les spectateurs dans la salle acceptent de croire à cette réalité-là qui est inventée à ce moment précis: est-ce que cette réalité-là n’est pas plus vraie que la vraie réalité ?» (2014)

Le théâtre nous permet de comprendre l'autre, de l'accepter, le respecter. 

Le souverain du Sharjah, aux Émirats Arabes Unis, Sultan bin Mohammed Al Qasimi, écrivait, dans son message international en 2007 : « L’homme peut, par le théâtre, ouvrir les horizons d’un dialogue entre les peuples sans distinction de race, de couleur ou de croyance. Il fut pour moi un facteur supplémentaire pour accepter l’Autre tel qu’il est ».

Première femme élue présidente de l’Islande (1980 à 1996), Vigdis Finnbogadottir, écrivait, quant à elle, dans son message international en 1999: « Regarder les autres passer des épreuves nous révèle mieux la vérité sur nous-mêmes, en tant qu’êtres humains… Peu de formes artistiques nous donnent la possibilité d’opérer, à un niveau si profond… dans la comédie nous apprenons le compromis, et dans la tragédie ce qu’il arrive quand il n’y a pas de place pour le compromis ».

Le célèbre acteur français, Jean-Louis Barrault, dans son message international de 1964, écrivait aussi : « Le pouvoir essentiel du théâtre est de mettre de côté tout ce qui sépare les hommes: différence de race, d'éducation religieuse ou politique, différence de langages… ».

Pour Esther Beauchemin, directrice artistique du Théâtre de la Vieille 17, « Le théâtre ne répond pas à toutes les questions. Le théâtre ne propose pas de solutions aux situations qu’il met en scène. Mais parce que le théâtre transpose, magnifie et touche, il ouvre un espace de communion entre les êtres humains. Cette communion, une fois établie, permet l’espoir d’un monde plus humain ». (2013)

Le théâtre est le miroir d’une société, son reflet.

Jorge Lavelli, metteur en scène argentin, s’est installé à Paris dans les années 1960. Dans le message international, qu’il a rédigé en 1992, il parle du théâtre dans ces mots : « Le Théâtre dans sa féconde simplicité est un miroir qui nous reflète, nous interpelle et nous émeut. … Le Théâtre est artifice et vérité, mais sa source nourricière est la réalité du monde. »

Tankred Dorst, célèbre dramaturge allemand né en 1925, a rédigé le message international en 2003. Il écrit : « Pendant deux mille ans, le théâtre a tendu un miroir au monde et a expliqué la place que les Hommes y occupent… »

Le dramaturge mexicain, Victor Hugo Rascon Banda (1948-2008), dit aussi dans son message international rédigé en 2006: « … À travers le théâtre, ce ne sont pas les créateurs qui s’expriment, mais la société contemporaine… »

Pour Anne-Marie White, directrice artistique du Théâtre du Trillium, « L’artiste est, par nature, un libre-penseur.  Cette façon marginale de regarder la vie et de l’exprimer à travers des œuvres artistiques permet à la société de s’identifier à cette perception du monde puisqu’au plus profond de chacun de nous, artiste ou non, se trouve le souvenir d’avoir été libre à l’intérieur. »

Le théâtre rassemble, mobilise, unit.

Toujours selon Dame Judi Dench, « Le théâtre est une source de divertissement et d’inspiration tout en possédant la capacité d’unifier les nombreuses populations et cultures qui existent à travers le monde ». (Message international, 2010).

Saadalla Wannous (1941-1997) est un dramaturge syrien. Il a écrit le message international en 1996. Pour lui, « Le théâtre est un dialogue qui nous libère de la tristesse de notre solitude et aiguise une prise de conscience de notre dimension communautaire ».

Pour Jessica A. Kaahwa, auteure, metteure en scène, comédienne et chercheure ougandaise, « Le théâtre reflète l’énorme potentiel du théâtre à mobiliser les communautés et à favoriser la prose de décision». Elle a rédigé le message international en 2011.

Pour Maurice Arsenault, directeur artistique et général du Théâtre populaire d’Acadie, situé à Caraquet, au Nouveau-Brunswick, « On reçoit le théâtre et on y réagit en même temps et dans le même lieu que nos voisins – c’est donc une communication à plusieurs pôles : plus qu’un dialogue, le théâtre est une expérience collective qui stimule une communauté».

(CAMPAGNE 2011-2012 ET 2012-2013)

LES COMPAGNIES DE L’ATFC, UN MOTEUR ARTISTIQUE ET ÉCONOMIQUE PANCANADIEN !

Afin de répondre à la diversité des besoins de leur communauté et à la réalité intrinsèque à leur situation linguistique minoritaire, les compagnies doivent composer avec de très larges mandats. Productions de spectacles pour le grand public et le jeune public, tournées scolaires et grand public, activités d'éducation artistique, formation, gestion d'une infrastructure, développement de la dramaturgie, animation du milieu sont autant de facettes de leurs mandats. Les activités de près de la moitié des compagnies de l'ATFC s'articulent d'ailleurs autour d'un mandat provincial, dont la nature est historique. Étant, pour plusieurs, les seuls théâtres d'expression française à l'intérieur d'un très vaste périmètre, et souhaitant faire preuve d'une logique de continuité dans leurs activités, ils ont le devoir de dialoguer avec divers types de public et se sont engagés en ce sens très tôt envers eux.

Activités des compagnies

Les membres de l'Association des théâtres francophones du Canada sont d'abord et avant tout des compagnies productrices de spectacles - la majorité présentant d'ailleurs de nouvelles oeuvres canadiennes. En 2010-2011, elles ont offert 1 061 représentations destinées tant au jeune public (enfants et adolescents) qu'au grand public. Près de la moitié des productions ont été créées à l'intention du jeune public. Avec ces spectacles, les 14 compagnies ont pu rejoindre 150 993 personnes un peu partout au pays.

Activités d'éducation artistique

Les compagnies de l'ATFC produisent des spectacles, mais elles ont aussi le mandat d'offrir divers types d'activités d'éducation artistique: rencontres avec les créateurs des spectacles - un dialogue qui aide à la compréhension d'une œuvre-, ateliers de formation, - qui permettent aux citoyens canadiens de prendre part à l'aventure de l'expression artistique, festivals de théâtre - qui offrent des opportunités aux amateurs de théâtre de se familiariser avec la scène-, etc. En 2010-2011, les compagnies de l'ATFC ont offert un total de 1 070 activités d'éducation artistique, permettant à 85 514 citoyens canadiens de tous les âges d'y participer.

Activités pour la jeunesse

93% des compagnies de l'ATFC apportent leur théâtre auprès du jeune public. Parmi les 590 représentations offertes au jeune public en 2011-2012, 285ont été données directement dans les écoles. Sur l'ensemble des spectacles offerts, 8 étaient des nouvelles œuvres destinées spécifiquement aux jeunes. En 2011-2012, les compagnies de l'ATFC ont pu toucher 97 261 jeunes, dans provinces et 1 territoire canadiens.

Revenus non gouvernementaux

Les compagnies membres de l’Association des théâtres francophones du Canada sont des organismes sans but lucratif subventionnés par les trois différents paliers de gouvernement. Les revenus qu’elles génèrent de façon autonome représentent toutefois une part importante de leur budget d’opération, soit une moyenne de 37%. Ceux-ci proviennent autant des revenus gagnés - tels la vente de billets, la vente de spectacles présentés en tournée, la location de lieux, etc.-, que des revenus du secteur privé, comme les dons individuels ou d’entreprises, les commandites, les activités de collecte de fonds, etc.

Entre 2008 et 2011, les compagnies membres de l’ATFC ont redoublé d’efforts et de créativité, en faisant augmenter leurs revenus gagnés de 117%, tandis que leurs revenus du secteur privé augmentaient de 25%. Parmi eux, les revenus provenant de leurs activités de collecte de fonds augmentaient de 44%.

En 2010/2011, 57% des dépenses totales des compagnies étaient consacrées aux dépenses artistiques. Il s’agit, entre autres, des cachets et des salaires artistiques, du paiement des droits des créateurs, des dépenses liées à la création des spectacles, tels les décors, costumes, accessoires, ainsi que des dépenses liées aux déplacements des productions en tournée. Toujours en 2010/2011, les 14 compagnies de l’ATFC totalisaient un chiffre d’affaires de 10 M$.

Emplois

Afin de réaliser l’ensemble de leurs activités, les compagnies de l’ATFC embauchent tant des salariés (à temps complet ou partiel) que des pigistes. Parmi les personnes salariées, on compte principalement le personnel de bureau (directeurs artistiques, administrateurs, responsables des communications, responsables du développement de public, etc.) et les employés responsables de l’exploitation d’une infrastructure culturelle, c’est-à-dire une salle de spectacle ou un centre de production (techniciens, responsables de la billetterie, responsables de l’entretien, etc.). Depuis 2008, les 14 compagnies de l’ATFC ont embauché en moyenne 463 artistes pigistes et 69 salariés par année.

La majorité des dépenses des compagnies est reliée à la production même de leurs spectacles. Ces dépenses sont, entre autres, la construction des décors, la fabrication des costumes et des accessoires, la location d’équipements techniques, et, évidemment, les salaires, cachets et redevances (droits de suite) aux artistes et au personnel de production (acteurs, metteurs en scène, concepteurs de décor, concepteurs d’éclairages, auteurs, concepteurs de bande sonore, techniciens, etc.). En 2010-2011, 60% des dépenses de production étaient versées en salaires, cachets et redevances confondus, alors que17% l’étaient en salaires seulement.

À ces dépenses artistiques s’ajoutent celles reliées à l’exploitation d’une infrastructure culturelle et au fonctionnement des compagnies. Toujours en 2010-2011, 38% du total de leurs dépenses étaient des salaires, tant pour les employés à temps complet que pour ceux à temps partiel.

Infrastructures

71% des compagnies membres de l'ATFC ont une forme de responsabilité financière face à une infrastructure culturelle (salle de spectacle, centre de production, espace de répétition, etc.). En moyenne, ces compagnies y consacrent d'ailleurs tout près de 80 000$ par année. Ces infrastructures sont essentielles au dynamisme des communautés francophones en situation minoritaire. Elles permettent la création et la manifestation de leur culture, mais sont aussi un lieu de rassemblement pour la communauté. Historiquement, l'obtention de chacun de ces espaces a nécessité un investissement initial se situant entre 250 000$ et 320 000$. Ces argents non gouvernementaux provenaient majoritairement de collectes de fonds menées par les compagnies auprès d'entreprises et d'individus.

Ces espaces servent non seulement à la création d'œuvres théâtrales pour les compagnies qui les possèdent ou les gèrent, mais ils sont également mis à la disposition des citoyens. Selon les données de 2010-2011, les espaces de spectacle, répétition, ateliers, foyer, etc. des compagnies de l'ATFC ont été utilisés, en location, par des organismes de la communauté d'un peu partout au pays pour un total de 755 jours. 

Bénévolat

L'importance des compagnies de théâtre pour les communautés francophones des six provinces où elles sont situées, peut aussi se constater par le nombre de bénévoles gravitant autour d'elles, ainsi que par l'investissement de ces derniers. En 2010-2011, 1 062 bénévoles ont donné leur temps aux compagnies pour un total de 16 867 heures.

Impacts sociaux de la culture

Dans une étude commandée à la firme Phoenix Strategic Perspectives Inc. par le ministère du Patrimoine canadien, il est démontré qu’une majorité de canadiens accorde une grande importance aux arts et à la culture pour leur communauté. Cette étude, réalisée entre le 8 juin et le 3 juillet 2012 auprès de 1001 canadiens âgés de 18 ans ou plus, avait pour but de recueillir de l’information sur l’attitude des Canadiens concernant les comportements et les valeurs associées aux arts et au patrimoine.

Une section du formulaire interrogeait les répondants sur l’importance qu’ils accordent aux établissements spécifiques aux arts, à la culture et au patrimoine. Une forte majorité des répondants croient que ces établissements contribuent « beaucoup » ou « un peu » à la qualité de vie dans leur collectivité. Les bibliothèques se classent au premier rang, avec 94%, les salles de spectacles viennent en second avec 87%, les musées et les centres patrimoniaux (village, fort ou maison historique) viennent ensuite avec 80% chacun.

Une autre section s’articulait autour d’une série d’affirmations pour lesquelles les répondants devaient dire s’ils étaient « fermement d’accord », « plutôt d’accord », « plutôt en désaccord » ou « fermement en désaccord ». Parmi les affirmations auxquelles ils ont dit être « fermement » ou « plutôt » d’accord,93% affirment que « Les arts constituent un bon moyen d’aider les gens à réfléchir et à travailler de façon créative », 91% croient que « Les activités artistiques et culturelles rendent la collectivité plus agréable », 90% estiment que « L’exposition aux arts et à la culture est importante pour le bien-être individuel » et 90% pensent que « Les acteurs, musiciens, écrivains et autres artistes canadiens sont parmi les meilleurs au monde et font bonne figure sur la scène internationale ».

Quant au rôle que les gouvernements devraient avoir dans la culture, 95% des répondants conviennent qu’ils doivent « Aider à protéger et à préserver le patrimoine canadien », 91% disent qu’ils doivent « Faire connaître les activités artistiques et culturelles canadiennes », 90% croient qu’ils doivent « Offrir un soutien financier aux arts et à la culture au Canada » et finalement, 89% croient que les gouvernements doivent « Créer des partenariats pour veiller à ce qu’il y ait suffisamment d’installations artistiques et culturelles pour répondre aux besoins du public ».

Une majorité des données recueillies sont issues des formulaires financiers et statistiques CADAC des compagnies membres de l'Association des théâtres francophones du Canada et d'une étude menée pour le compte de l'ATFC par Pénélope Cormier sur les infrastructures culturelles, Historique des espaces de production, de création et de diffusion théâtrale et les ressources nécessaires à leur gestion (2012).

Annonces parues en 2011-2012   

 

 

 

Annonces parues en 2012-2013   
Annonces parues en 2013-2014      
Saviez-vous que… 13-14 Campagne Saviez-vous que… 13-14, version 2 Campagne Saviez-vous que… 13-14, version 3 Saviez-vous que… 13-14, version 4
Annonces parues en 2014-2015      
  Saviez-vous que... octobre 2014  Saviez-vous que... décembre 2014   Saviez-vous que... Mars 2015

 

Liens utiles
Connexion
Copyright © 2014 Association des théâtres francophones du Canada | Droits et aspects légaux
Conception graphique & production web : Existo Communications & Sociotechnologies